L’humilité, la clé de la réussite ?

L’humilité, ce mot paraît si évident et pourtant être humble en toute circonstance demande beaucoup d’efforts.

Être humble est un sport de haut niveau.

Parce que vous travaillez dur, vous avez peut-être envie de le crier sur les toits. Qui pourrait vous jeter la pierre ? Vous avez concrétisé un projet, vous vous êtes donné à fond, vous vous êtes sacrifié et avez dû faire des choix difficiles, parfois renoncer à bien des choses pour atteindre vos objectifs. Vous attendez inconsciemment une certaine reconnaissance pour tout cela.

Est-ce grave ?

La réponse ici est à double tranchant. Il n’y a pas de gravité en tant que telle, mais il faut comprendre ce que l’attente peut engendrer.

Raconter son parcours est très utile pour les personnes désemparées. Cela peut les rebooster en leur faisant prendre conscience que la réussite ne se fait qu’en travaillant, qu’en se donnant les moyens. En ça, c’est très positif ! Cet acte donne de l’espoir à votre auditoire. Mais ceci ne vaut que lorsque vous êtes invité à le faire.

Il est tentant de dire aux autres combien on est courageux, ambitieux et travailleur. Attention toutefois à ne pas écraser autrui par certains propos.

Bien sûr, il ne faut pas non plus s’effacer…

Parler de soi, de son histoire est normal. Durant un échange, vous devez le faire. Discuter c’est partager. Vous partagez du savoir et ce savoir ne vous est pas venu de nulle part. Il faut garder cette notion de partage qui est essentielle aux rapports que vous avez avec les gens. Quand l’autre parle, il faut, en fait, éviter le « ah oui je sais » qui nous conduit à revenir à soi sans laisser son interlocuteur terminer de s’exprimer.  Soyons francs, tout le monde l’a fait ou a été tenté de le faire. Sauf qu’une fois ça passe, plusieurs nettement moins…  Vous risqueriez de lasser la ou les personnes face à vous.

Ce comportement induit des effets néfastes également sur vous car il vous fait vous sentir un peu trop puissant…

Jefta Campaijen, éducateur spécialisé, nous livre des informations dans son article « de la toute-puissance à l’humilité… », paru sur Cairn. On entendrait souvent, dans le milieu éducatif et pédagogique, que « tel jeune est encore dans la toute-puissance, dans le sens où il n’en fait qu’à sa tête ». Selon l’auteur, nous sommes tous confrontés individuellement à cette question de toute-puissance. Il affirme aussi que « la toute-puissance, ici protège, rassure… mais à quel prix pour l’Autre ? ».

Respectivement, chacun d’entre nous a affaire à des personnes qui se croit toute-puissante.

Nous avons tous connu un professeur, un manager, un parent, ou autre qui voulait jouer ce rôle de « Madame ou Monsieur je sais tout, je vois tout, je comprends tout ».

N’y voyez pas forcément là de la méchanceté ou du mépris. Il peut tout simplement s’agir, comme le dit Jefta Campaijen, d’un mécanisme de défense, d’un bouclier. Lorsque, sans même vous en rendre compte, vous paraissez méprisant, vous chercher en réalité à vous protéger.

Le manque d’humilité peut être révélateur d’un mal-être.

Il suffit d’une situation inconfortable, d’un souvenir qui ravive une blessure pour sortir l’arme destructrice : le mépris.

Attention, le dédain est dangereux car sa connotation est négative. On dit d’ailleurs que le silence est le meilleur des mépris. Disons plutôt que c’est aussi une protection, mais qui se veut elle, plus positive. Qu’il est sage de ne rien dire dans certaines circonstances, pour donner peu d’importance aux propos qui vous paraissent déplacer.

Lorsque vous gardez le silence, certains disent que c’est parce que vous manquez de caractère…

Question de point de vue…

Nous pouvons dire aussi que ceux qui passent leur temps à rétorquer sont des râleurs insatisfaits. Voyez-vous, il y a toujours à redire sur les réactions de chacun. Ne vous sentez pas obligé de jouer les durs parce que les autres vous y incitent. Les autres ne gèrent pas mieux les problèmes que vous. Ils les gèrent différemment, c’est tout ! Cela ne veut pas dire que la ferveur leur est bénéfique pour autant.

Si vous êtes plutôt du genre à surenchérir, demandez-vous si cette action vous a servie ou à l’inverse, elle vous a desservie. Si cela vous a été utile, peut-être est-ce cela le bon fonctionnement pour vous. Si ce n’est pas le cas, peut-être vaut-il la peine de repenser votre manière d’agir.

L’humilité peut venir quand on a de quoi occuper ses journées et son esprit.

Plus nous focalisons nos pensées sur des activités, moins nous nous préoccupons du reste et surtout du qu’en-dira-t-on… Nous avons souvent grandi dans l’idée que ce qui se passe chez le voisin nous concerne. Cela aussi est inconscient. La faute en est-elle à la téléréalité ? Pas si sûre… Ces comportements existaient déjà bien avant, à l’époque de nos ancêtres. Ces émissions n’aident pas toujours à prendre de la hauteur, tel est mon avis mais je ne suis pas convaincue qu’elles soient la cause du manque d’humilité. À travers les caméras, certains seraient peut-être même en mesure de nous donner des leçons.

Il y a même un phénomène que l’on peut constater. Les gens sont souvent attirés par les personnes qui font preuve de sagesse. Il y a d’ailleurs des célébrités qui sont restées dans les esprits grâce à cette attitude.

Sortons de cette parenthèse, pour en revenir désormais à notre cœur de sujet, l’humilité comme facteur de réussite.

Dans l’humilité, il y a cette notion d’éviter d’imposer sa vision, son vécu à l’autre. Il est préférable d’éviter de lui dire comment il doit penser et ce qu’il doit faire. Sinon, c’est comme si vous lui indiquiez qu’il n’est pas en capacité de penser par lui-même et que c’est pour cela que vous vous octroyez le droit de le faire à sa place.

Tant que l’humilité n’est pas complètement atteinte, ce qui en soi n’est pas un drame, cela souligne, comme l’évoque aussi Jefta Campaijen, qu’une quête de soi est inachevée… Si tel est le cas, il faut alors travailler sur ce qui vous manque pour ensuite pouvoir acquérir cette qualité.

L’humilité c’est donc bannir le narcissisme et prendre conscience qu’il existe non pas une seule mais plusieurs vérités. Accepter l’autre tel qu’il est… Ce qui, à mon sens, est primordial quand on manage une équipe.

L’humilité, une fois atteinte, vous ouvrira de nombreuses portes. Des ondes positives émaneront de vous et les gens les ressentiront. Vous vous focaliserez beaucoup moins sur les futilités de la vie, ce qui vous permettra de voir plus large, plus loin et donc d’avancer en toute sérénité… La réussite vous attend ! 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s