Le parcours d’Alex : Changer de vie c’est possible !

À l’âge de 24 ans, Alex est professeur d’anglais dans une faculté dans son pays d’origine. La corruption y est généralisée et Alex ne se voit aucune perspective pour l’avenir. Il sait que la vie sera toujours dure et que cela ne changera pas. Il travaille et pourtant il n’arrive pas à subvenir à tous ses besoins. Économiquement c’est une réelle catastrophe. Il se demande alors ce qu’il peut faire de tout ça.

Alex doit changer quelque chose dans sa vie. Il ne parle pas français et il choisit de prendre des cours privés. Il décide d’apprendre cette langue car il aime la mélodie, le vocabulaire de celle-ci. Il acquière de très bonnes bases. Puis, via un programme d’échange culturel, Alex rejoint une famille en France, dans un village à côté de Bordeaux, en tant que jeune homme au pair. Il participe également à des cours qu’il choisit dans un lycée à proximité. Il trouve, à cet instant, très intéressant de comprendre comment le système scolaire français fonctionne. Là, il écoute et participe, notamment dans les cours de langues. Il développe davantage ses compétences. 

Malheureusement pour le jeune homme, son expérience avec ses hôtes ne se passe pas très bien. Il demande alors à l’agence qui gère le programme, de l’intégrer à une autre famille. C’est ainsi qu’Alex part pour les Hauts-de-Seine, à côté de Paris. Ici, il va dans une école de langue française pendant un an. Il suit plusieurs heures de cours dans la semaine où sa professeure lui en fait découvrir davantage sur cette matière.

Après cette école, Alex passe un test de langue française et il postule au master 1 anglais dans une université à Paris. Au bout d’un an, il se dit qu’il n’a aucune perspective d’embauche et il choisit donc de faire un autre master qui se veut pluridisciplinaire, durant deux années. Alex est très fier de ce parcours car lui qui ne parlait pas français en arrivant sur le territoire, obtient à la fin de ses études, son diplôme avec mention bien. Il était très motivé et il affirme que lorsque que l’on veut y arriver, on est capable de renverser les montagnes et d’atteindre son objectif. Pour lui, la motivation permet de franchir un million d’obstacles que l’on rencontre sur le chemin, sans cela on abandonne. Il ajoute que même avec plusieurs échecs, on peut aller au bout. Il faut juste ne jamais s’arrêter.

Après ce master, pour Alex, les choses se déroulent sans qu’il ait à faire beaucoup d’efforts. Il envoie son curriculum vitae à un organisme de recherche sans trop y croire. Pourtant il est contacté, reçu et recruté. Le poste sur lequel il travaille est ouvert au concours pour acquérir le statut de fonctionnaire. S’agissant d’un profil de catégorie A, équivalent à un emploi de cadre, la nationalité n’est pas une difficulté. Le jeune homme le prépare, passe les examens et les réussit. Il exerce son activité pendant quelques années puis il décide d’évoluer.

Durant un an, Alex prépare le concours des affaires étrangères dans une école. Il est conscient qu’il a peu de chance de l’obtenir et que l’entrée est très sélective. Il ne perd pourtant rien de sa motivation car il sait que cette préparation lui servira pour la suite de son parcours.

Sans surprise, il rate son concours mais il a beaucoup appris sur le droit administratif et les affaires internationales. Dans cet élan, il passe un concours dans une administration qui traite ces thématiques. Il réussit les écrits mais échoue aux oraux. Pour Alex, cette fois c’est la déception.

Peu de temps après, il voit une annonce d’un organisme qui travaille sur les sujets qui l’intéressent. Il postule juste avant les fêtes de Noël. En réalité il n’y croit pas trop. Pourtant, à la mi-février, alors qu’il a oublié avoir postulé, il reçoit un mail de celui-ci. Son profil intéresse. Alex se rend à l’entretien. Désormais, cela fait cinq ans qu’il y travaille. Il a trouvé le métier et le domaine qui lui plaisent. Intellectuellement il se sent stimulé. Il est épanoui, si bien que pour le moment il ne tient pas à regarder les autres postes. La cerise sur le gâteau dans le parcours d’Alex est qu’il est devenu français juste après l’obtention de son statut de fonctionnaire. Il est fier d’avoir pu intégrer ce pays qui comporte des valeurs auxquelles il adhère, celles inspirées par l’époque des Lumières, la laïcité, la liberté d’expression.

Merci à Alex pour son témoignage ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s